Guy Willy RAZANAMASY

wikipedia.jpgdaddy-boky4.jpgGuy Willy RAZANAMASY

Robert ANDRIANTSOA (robertandriantsoa@yahoo.fr)

razanamasy-transition.jpg

Premier Ministre du Gouvernement de Transition (1991-1993)

La Maison Madagascar est de nouveau en suspens…en souffrance, C’est un moment historique pour certains, un moment de désespoir pour les autres. 12 août 2010

« Moi…citoyen sans parti… J’ai dirigé une équipe dans un contexte difficile au plan économique, social, politique. Amis et détracteurs avaient parfois le même visage. La mission politique qu’on m’avait assignée a été réussie contre vents, huées et marées… ».

« La Maison Madagascar est sauve… ».

« Je passe le témoin au premier gouvernement de la IIIème République ». (Extrait du Livre blanc – De la IIème à la IIIème République de Madagascar - Août 1993)

Chers Compatriotes,

Ce 10 Août 2010,

Nous sommes à l’aube du troisième millénaire, Nous venons de célébrer les 50 ans d’indépendance de Madagascar, Nous marchons vers une République nouvelle.

Force est pourtant de constater que :

La liberté des uns ne s’arrête jamais et celle des autres n’a jamais commencé.

Diriger, ne peut s’accorder avec coups de tête, effets d’annonces, politique spectacle.

La Maison Madagascar est de nouveau en suspens…en souffrance, C’est un moment historique pour certains, un moment de désespoir pour les autres.

Il n’est point besoin d’experts pour analyser à quel point la fracture est grande, Il n’est point besoin de gourous pour trouver ce qui apportera justesse et apaisement.

La Maison Madagascar réclame une transition paisible et constructive.

Un homme de grande expérience, sans parti pris, conduira les destinées de notre Madagascar, pendant cette transition. Il saura remettre le pays en marche, relever l’économie et redorer le nom de Madagascar auprès de toutes les Nations.

Sachons lui donner notre confiance. Aidons-le.

Le Premier Ministre Guy Willy Razanamasy a fait adopter la Convention du 31 octobre 1991. C'est sur la base de cette convention que les autres solutions de sortie de crise se fondaient.

En pleine crise, critiqué par les Arema et malmené par les Hery Velona, j’en ai personnellement fait mon credo pour animer quotidiennement l’antenne. Manjamanja miaraka amin’i Radio-Madagasikara. L’émission Besorongola, chaque vendredi à 07 heures du matin.

Avec son accord, j’ai effectué un reportage radiophonique sur le KERE avec l’appui du Programme Alimentaire Mondial et le soutien de la Banque Mondiale. C’était, à l’époque, le déclencheur de toute l’opération humanitaire SOS Sud.

Notre manière de collaborer était plutôt particulière. Après avoir bouclé l’antenne à 22 heures, je partais le rejoindre au Buffet du jardin à Antaninarenina et recevais ses instructions en direct. Nos conversations, courtes mais instructives, m’ont façonné pour la vie. Avoir recueilli certaines de ses confidences, d’ordre politique, me guide aujourd’hui pour mener à bien notre démarche FAMà.

G.W. RAZANAMASY, maire de la capitale, avait réussi à éviter le carnage sur la place du 13 mai. Malgré tous ses efforts pour la paix, il n’avait pas pu empêcher la marche fatidique sur Iavoloha le 10 août 1991. C’était hors de sa juridiction. Devenu Premier Ministre, il avait dirigé la Transition avec tact et détermination. Les élections achevées, redevenu simple citoyen, il avait publié Le livre blanc. Document à archiver absolument.

S’étant aperçu de la dérive de ce qu’il aura laissé en héritage, il avait décidé, par principe, quelques années plus tard et malgré la faiblesse des moyens, de se présenter aux présidentielles. Pour ce faire, nous avons mis en avant le concept Hazomanga. Trop tôt pour l’époque !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site