Aristocratie Merina

wikipedia.jpgdaddy-boky4.jpgAristocratie Merina

Robert ANDRIANTSOA (robertandriantsoa@yahoo.fr - dadaroby24@gmail.com)

 

 

L ' HISTOIRE DE L'ARISTOCRATIE MERINA

L’Origine de la Royauté Merina
Les Merina “Ceux du pays élevé” habitent les Hautes Terres Malgaches.
Les Merina ont été un des premiers groupe social malgache à s'organiser en clans, en royaume puis en état.

Les Merina occupent la région d’Antananarivo globalement délimité au Nord par les villages de Merimandroso et de Mahitsy, à l’Est par le massif de l’Angavokely, au Sud par la région du Vakinankaratra et à l’Ouest par le massif du Bongolava. Cette délimitation a néanmoins évolué avec le temps et avec l’expansion du royaume de l’Imerina. Les Merina sont aussi appelés “Ambaniandro” (ceux qui vivent sous le soleil) , appelée Imerina. On pense qu’ils ont gagné les Hautes Terres après leur arrivée à Madagascar vers le Xe siècle en provenance d’Indonésie ou de Malaisie. Ils s’installèrent tout d’abord par petits groupes à proximité des vallées de l’Ikopa et de la Sisaony, dans des villages fortifiés. Selon la tradition, le berceau du peuple Merina se situerait autour des localités d’Ampandrana et d’Imerimanjaka où vécut la Reine Rangita. Ce n’est que plus tard, sous le règne d’Andrianjaka, qu’Antananarivo devint capitale du royaume. Le nom d’Imerina fut prononcé la première fois vers la fin du XVIe siècle par le roi Ralambo (1575-1610), qui baptisa son royaume “Imerina Ambaniandro” (le pays élevé sous le soleil).

L‘organisation sociale de ces Peuplades des Hauts Plateaux de Madagascar est marquée par une hiérarchisation perceptible encore de nos jours. La société Merina est constituée de quatre groupes sociaux :

  1. les Andriana (nobles)
  2. les Hovas (hommes libres)
  3. les Mainty (les noirs) les Andevo (esclaves)
  4. et les Hovavao.

Les Andriana sont soit les descendants des anciens seigneurs, princes ou souverains de l ‘Imerina, soit la descendance des guerriers " anoblis " par le souverain.
Les Hovas sont issus des familles qui ont accompagné les Andriana à leur arrivée sur les hauts plateaux.
Les Mainty sont les descendants des Vazimba ou premiers habitants des hauts plateaux.
Enfin les Hovavao forment un groupe plus disparate : Ils regroupent les descendants d'esclaves qui pouvaient être des Andriana, Hovas ou Mainty réduits en esclavage pour dettes ou faute, des prisonniers de guerre des autres régions de Madagascar, voire des descendants d'africains emmenés de force à Madagascar.

L‘Origine de la Hiérarchie des Groupes :

Les plus proches ancêtres des Andriana et des Hovas seraient arrivés au-delà des mers. Ils auraient quitté l'archipel Indonésien au moment où ces îles ont été islamisées. Traversant le grand Océan Indien, ils ont atteint la Côte Est de Madagascar. Pourchassés par les habitants des côtes parce que considérés comme des intrus, ils se sont enfuis vers l'intérieur des terres
Par petits groupes ayant à leur tête un Andriana ou chef entouré de sa famille et de ses fidèles. Cela se serait passé vers les années 1350.

Arrivés sur les hauts plateaux, les Andriana se seraient alliés avec les chefs de famille Vazimba en prenant pour épouse leurs filles. Il est à noter que les Vazimbas étaient aussi de lointaine origine indonésienne mais arrivés à Madagascar quelques siècles plus tôt en passant par la côte africaine où ils s étaient métissés avec les autochtones africains.
Les Andriana sont donc issus d'une part des chefs indonésiens arrivés par l'Est et des Vazimbas ou premiers habitants de l'île. Peu à peu, plusieurs petites fiefs se sont constituées sur les hauts plateaux avec à leur tête un Andriana ou seigneur, entourés de fidèles Hova et Mainty.

Les Premiers Royaumes :

Vers 1500, deux femmes Andriana : Rafohy et sa fille Rangita ont réussi à constituer un petit royaume autour d' Imerimanjaka. Conscientes qu'il fallait s'organiser pour assurer la survie de leur royaume, elles ont édicté les premières règles de succession pour ne pas que leur descendance se dispute le pouvoir. Elles désignèrent ainsi leur fils aîné Andriamanelo pour leur succéder en indiquant que ce serait son jeune frère Andriamananitany qui ensuite lui succéderait à son tour.

Cependant contre toute attente, Andriamanelo ayant déjà un fils nommé Ralambo, il fit assassiner Andriamananitany pour qu'il n' y ait plus qu'un seul chef.

Andriamanelo régnât à Alasora. Son fils Ralambo régnât à Ambohitrabiby. A son tour Ralambo décidât d'organiser sa succession. C'est à lui que l'on doit la constitution du premier ordre de préséance chez les Andriana et la fondation du royaume de l' Imerina.

Il désignât d'abord son propre successeur, Andrianjaka, nouveau roi du royaume de l'Imerina. Il instituât ensuite les rangs entre les membres de sa famille. Il plaçât en premier son fils aîné Andriantompokoindrindra, seigneur d'Ambohimalaza. Le deuxième fut Andrianamboninolona seigneur d'Ambohitromby , son cousin germain et beau-père, fils d'Andriamananitany. En troisième arrive Andriandranando d'Ambohibe, époux d'une fille de Rangita et fidèle chef de guerre qui a aidé Ralambo à agrandir le royaume. Enfin il plaçât en dernier tous ses autres fils.

L'ordre Andriana (de Ralambo)est ainsi constitué comme suit. Nous avons:

  1. Andriantompokoindrindra et ses descendants dits Zanatompo
  2. Andrianamboninolona et ses descendants dits Zanakambony
  3. Andriandranando et ses descendants dits Zafindranando
  4. Les autres enfants de Ralambo ou ZanadRalambo.

Au-dessus d'eux, il y eut donc Andrianjaka le souverain ou Mpanjaka. C'était cela la famille de Ralambo

Mais il existait encore d'autres familles Andriana dans la région de Tananarive qui peu à peu ont fait leur soumission à Andrianjaka et les souverains suivants. Andrianjaka décidât lui aussi de se désigner un successeur.

Pour ne pas affaiblir son royaume qui grandissait de jour en jour, il prit soin d'intégrer ses propres enfants non régnants dans le groupe des ZanadRalambo lequel s'appela désormais Zanadralambo-amin-Andrianjaka.

De même les Andriana des autres villages ont été intégrés dans ce groupe au fur et à mesure de leur soumission.

Nous sommes dans les années 1600 ; trois générations plus tard vers 1675 alors que le royaume de l‘ Imerina s' était considérablement agrandi, le nouveau roi appelé Andriamasinavalona modifia l'ordre de préséance des Andriana.

Le Nouvel Ordre d' Andriamasinavalona:

Les Andriana étant devenus forts , plus nombreux ; aussi ils voulurent que leur propre descendance soit privilégiée. Ils créèrent ainsi deux nouveaux rangs :

Les Zazamarolahy ou descendance de quatre de ses fils qui ont régné après lui.

Les Andriamasinavalona quant à eux regroupent la descendance de ses quatre fils qui n'ont pas régné ainsi que les enfants de ses frères et sœurs . 

Ainsi nous avons le nouvel ordre de préséance suivant :

  1. Les Zazamarolahy
  2. Les Andriamasinavalona
  3. Les Andriantompokoindrindra
  4. Les Andrianamboninolona
  5. Les Andriandranando
  6. Les Zanadralamboaminandrianjaka

Progressivement les quatre derniers groupes Andriana, devenus lointains parents du roi ont été regroupés sous le vocable de Havanandriana. Pour régner, les rois ont décidé de compter sur le soutien des Hovas, Mainty et Andevo et non plus de leur famille Andriana qui, avide de pouvoir ne cessait de se quereller entre eux comme des seigneurs de la guerre. La faiblesse d' Andriamasinavalona qui partageât son royaume entre ses enfants nuisit à la progression de l‘Imerina.

Pendant près de 100 ans, ce ne fut que des luttes fratricides entre Andriana qui devinrent réellement divisés.

La Nouvelle Organisation d' Andrianampoinimerina:

Trois générations plus tard, Andrianampoinimerina, seigneur du royaume d' Ambohimanga, prince ambitieux se fixât comme objectif de reformer, reconquérir le grand royaume de l' Imerina qui s'était morcelé entre des centaines de fiefs. Grâce à l'appui des Hova et des Mainty, il réussit à reconstituer le royaume. Il fit exiler, assigner à résidence ou mettre à mort les parents Andriana qui lui résistaient.

Andrianampoinimerina s'associât à des familles régnantes d'autres régions des hauts plateaux Il récompensât ses meilleurs soldats en les " anoblissant " etc. Très autoritaire mais grand stratège, Andrianampoinimerina réussit à réunifier le royaume de l' Imerina que lui avait légué ses ancêtres Rafohy, Andriamanelo, Ralambo, Andrianjaka, Andriamasinavalona.

C'est Andrianampoinimerina qui fixât donc le dernier ordre Andriana de l' Imerina comme suit jusqu'à la colonisation française:

  1. Les Zanakandriana ou andriana ayant droit de régner(famille de Ranavalona)
  2. Les Zazamarolahy auquel il intégrât les descendants des princes de l'Imamo, région voisine de l' Imerina.
  3. Les Andriamasinavalona auquels s'ajoutent les princes du Vonizongo,Royaume ayant fait sa soumission.
  4. Les Andriantompokoindrindra regroupés sur Ambohimalaza
  5. Les Andrianamboninolona à Ambohitromby
  6. Les Andriandranando à Ambohibe
  7. Les Zanadralamboaminandrianjaka
  8. Les Ambodifahitra, descendant d'un guerrier célèbre de Andrianampoinimerina
  9. Les Ambohimanambola, gardiens des idoles amulettes d'Andrianampoinimerina.

Voilà tout au long de ses lignes un petit aperçu de l'histoire des Andriana. Elle semble compliquée mais elle est fort simple. La plupart des Andriana sont descendants de Rafohy et Rangita.

Ils ont une ascendance indonésienne mais aussi africaine. A chaque nouveau règne, certains rois voulurent privilégier leur descendance (Ralambo, Andriamasinavalona, Andrianampoinimerina).

Les Reines et les Rois du 19ème siècle sont les héritiers de cette longue lignée. Ils ont les mêmes grands ancêtres que le plus humble des Andriana. A force de se quereller, de se jalouser, ils ont perdu de leur autorité, ce qui a profité au groupe social des Hovas. Il n'y a jamais eu d' Andriana ambony ou ambany.

Par exemple, il existait sous le règne d' Andrianampoinimerina des Andriamasinavalona très pauvres, miséreux alors que des Zanadralamboaminandrianjaka pouvaient être riches. Ne dit on pas que l' oncle de Ranavalona III n'était qu'un simple boucher avant l'accession au trône de sa nièce.

Par contre cela est vrai qu'au fur du temps les Andriantompokoindrindra, les Andrianamboninolona, les Andriandranando ont été écartés du pouvoir royal. Isolés, ils ont toujours voulu maintenir leur statut de Havanandriana ou parents des rois. Aujourd'hui ce sont les plus actifs dans les associations d'Andriana.

Il est vrai qu'en regardant de près la société malgache, parler d' Andriana, c'est un peu remuer le passé, les clivages sociaux. Mais somme toute, aujourd'hui, dans notre société, ce qui compte vraiment, c'est ce que vous faîtes et non qui vous êtes.

rangita.jpgRANGITA (1520-1530), également connu sous le nom RANGITAMANJAKATRIMOVAVY, était un Vazimba souverain qui régnait à Merimanjaka dans le plateau central de Madagascar après que son père, le roi ANDRIAMPANDRAMANENITRA (Rafandramanenitra). Elle a succédé à sa mort par sa fille (certaines sources disent sa sœur adoptée), la Reine RAFOHY (1530-1540). La tradition orale n'est pas claire sur les rôles et les relations de RANGITA et RAFOHY un à l'autre. Ce manque de clarté comprend qui était la mère à qui, qui a succédé à qui et où l'on était la mère de ANDRIAMANELO. Selon une version de la tradition orale, RANGITA avait deux fils, et peut-être une fille, RAFOHY. Ces comptes se rapportent que RANGITA partagé les caractéristiques stéréotypées Vazimba physiques de petite taille et la peau foncée, et son nom signifie "kinky-cheveux." Il était d'usage parmi les vazimba de submerger les corps des morts dans les masses d'eau qui ont été désignés comme sacrée à cet effet, il est dit que la mort RANGITA, elle (comme RAFOHY) a été placé dans un cercueil d'argent faite pour ressembler à un pirogue à balancier, qui a ensuite été immergé dans une tourbière sacré.

rafoihy.jpgRAFOHY  (1530-1540) était un Vazimba reine qui régnait à Alasora dans la partie centrale des Hautes-Terres de Madagascar jusqu'à sa mort. Son nom signifie «Celui qui court." Elle a réussi à la mort de la Reine Vazimba Rangita , qui, par différents comptes était soit sa mère ou sa sœur adoptive. Cette confusion dans la tradition orale s'étend aux deux femmes très identités - en fonction de différents comptes, Rafohy peut avoir été la mère de Rangita, et Rangita peut avoir été la mère du célèbre roi Andriamanelo. La mère de Andriamanelo (Rafohy ou Rangita) marié deux fois: alors que son premier mariage a fini par produire un fils, le second mariage avec une Merina Manelobe nommé produit une fille et son fils aîné qu'elle désigné pour lui succéder après sa mort. Cet héritier désigné, le roi Andriamanelo (1540-1575) devint le premier roi de l'Imerina par finalement se retourner contre les Vazimba et de mener une conquête militaire qui les pousserait à partir des Highlands. Conformément à vazimba personnalisé dans lequel les corps des morts ont été submergés dans les organes sacrés de l'eau - parfois après avoir été placé à l'intérieur des cercueils fabriqués à partir de troncs évidés - il est dit que la mort Rafohy, son corps (comme celle de Rangita) a été submergé dans une tourbière dans un cercueil d'argent en forme de pirogue.  

ANDRIAMANELO : Au 16e siècle, ANDRIAMANELO, transgressant les décisions de RANGITA, créa une nouvelle dynastie et posa les bases de l’ordre andriana des siècles suivants : Alasora, au sud-est d’Ialamanga, l’actuelle Antananarivo, allait ainsi devenir le berceau de la deuxième dynastie et la source de la nouvelle andrianité. Ce d’autant plus facilement qu’il était en position de réaliser la politique engagée depuis Fanongoavana qui, pour développer ses exportations de riz à destination de l’Afrique, recherchait des terres plus chaudes et plus étendues, propices à une riziculture de masse. Car au sud et à l’ouest du chaînon d’Ialamanga, sur des terres sur lesquelles ses ancêtres lui avaient légué des droits, s’offrait le Betsimitatatra, qu’il était en mesure de reprendre à ses occupants vazimba. Il y suffisait, en héros civilisateur, de ne craindre ni les innovations ni les transgressions que souvent elles supposent. Son règne, selon la tradition, en fut riche. Mais, en les interprétant selon des modèles qui ne convenaient pas, on n’en a pas toujours saisi la portée. ANDRIAMANELO connaissait la forge, le tissage et le travail des rizières.

RALAMBO  régna à Ambohidrabiby au nord-est de Tananarive, et de là, murit la stratégie pour l'agrandissement du royaume. Il fit jouer son fils Andrianjaka encore jeune à Ambohimanga, une belle colline boisée où il n'y avait pas encore de roi, mais était habitée par des Vazimba, premiers occupants de l'Ile, de même que la colline d'Analamanga (future Antananarivo). Il chassa le célèbre roi vazimba"manipulateur de foudre" Andrianafovaratra de la colline Merinkasinina ( Imerinkasinina, Merikasinina, Imerikasinina ), entre Ambatomanga et Ambohimangakely..
Il fut, dit-on, le premier à avoir goûté à la viande de zébu (hen'omby, appelé encore jamoka par les Vazimba). Il institua la fête du bain royal lors de l'Alahamady, premier mois de l'année dans l'astrologie malgache. Il organisa la vie et l'emplacement géographique des castes d'Andriana (hiérarchie des nobles):
- ANDRIANTOMPOKOINDRINDRA, son fils aîné qui accepta le leadership de son cadet ANDRIANJAKA;
- ANDRIANDRANANDO, son oncle époux de la soeur de son père
- ANDRIANAMBONINOLONA, son cousin fils du frère de son père assassiné
Ceux-là l'aidèrent à développer le royaume naissant du nord et du sud de l'Imerina. Restait à "conquérir" la colline d'Analamanga sur les Vazimba", tâche que son fils ANDRIANJAKA mènera à bien par la suite.

ANDRIANJAKA : fils de Ralambo fondateur d 'Antananarivo car le roi y installa une garnison d'un millier d'hommes Tanana arivo "le village des milles". Antananarivo. 1610 - 1630 (20 ans)

ANDRIATSITAKATRANDRIANA: Antananarivo 1630 - 1650 (20 ans)

ANDRIATSIMITOVIAMINANDRIANDEHIBE: Antananarivo. 1650 - 1670 (20 ans)

RAZAKATSITAKATRANDRIANA : Antananarivo. 1670 - 1675 (5 ans)

ANDRIAMASINAVALONA : fils d'Andrianjaka, Antananarivo. 1675 - 1710 (35 ans)

ANDRIANJAKANAVALOMANDIMBY : Antananarivo; 1710 - 1727 (17 ans) ;

ANDRIATSIMITOVIAMINANDRIANA : Ambohimanga. 1710 - 1730 (20 ans)

ANDRIATOMPONIMERINA : Ambohidratrimo. 1710 - 1730 (20 ans) ;

ANDRIANAVALONIMERINA : Ambohidrabiby. 1710 - 1730 (20 ans) ;

ANDRIAMBELOMASINA : de la lignée installée sur Ambohimanga, Ambohimanga. 1730 - 1770 (40 ans) ;

ANDRIANAVALONIBEMIHISATRA : Antananarivo. 1747 - 1767 (20 ans) ;

ANDRIAMBALOHERY : Antananarivo. 1767 - 1774 (7 ans) ;

ANDRIANJAFY : fils de Andriambelomasina. Ilafy. 1770 - 1787 (17 ans) ;

ANDRIANAMBOATSIMAROFY : Antananarivo. 1774 - 1794 (20 ans) ;

andrianampopina-vrai.jpg

ANDRIANAMPOINIMERINA : A la fin du XVIII ème siècle, le prince RAMBOASALAMA, fils de la princesse RANAVALONANDRIAMBELOMASINA et ANDRIAMIARAMANJAKA (Roi de Kaloy), petit-fils d’ANDRIAMBELOMASINA (Roi d’Ambohimanga), lui-même petit-fils d’ANDRIAMASINAVALONA (Roi d’Antanananiarivo), est né en 1740 à Kaloy. ANDRIANAMPOINIMERINA dit NAMPOINA, ce qui signifie : "Prince désiré par l'IMERINA", va réunifier le royaume. Intronisé roi d'AMBOHIMANGA en 1787, il devient, après trois campagnes successives, maître d'ANTANANANIARIVO, en 1794 et lui donne son nom actuel d'ANTANANARIVO. Il institue les "12 collines sacrées de l'IMERINA" en plaçant chacune d'elles sous l'autorité de l'une de ses épouses. Suite à ses conquêtes dans l'ensemble du pays, il va relancer le développement urbain de la ville d'ANTANANARIVO en faisant sa capitale. Il entreprend pour la capitale une série de travaux qui vont conférer à la ville un nouvel élan. Grand administrateur, il crée des lois organisant le cadre de la vie quotidienne de ses sujets (justice, réglementation des marchés et du commerce, construction des digues, …). Il meurt en 1810 laissant la place à son fils : Radama Ier.

radama-1er-1.jpg

RADAMA 1er , naît sous le nom de Ilaidama (ou Laidama) à Ambohimanga, vers 1793. Il est le fils cadet du roi Andrianampoinimerina, lequel le préféra à son frère aîné Ramavolahy pour lui succéder. Très tôt en effet, son père remarque ses qualités de meneur d'hommes, au point qu'il n'hésite pas à lui confier le commandement de la première expédition contre le royaume d'Andrantsay, dans le futur Vakinankaratra, alors qu'il n'est encore adolescent. Aussitôt sur le trône, après le décès de son père en 1810, Radama doit mener plusieurs expéditions (qui se révèlent victorieuses) contre les Bezanozano, les Sihanaka et des principautés betsileo qui, pensant pouvoir profiter de son inexpérience politique, tentent de retrouver pleinement leur indépendance. La preuve est donc faite que l’hégémonie de l'Emyrne est solide et il ne reste plus à Radama qu’à chercher les moyens d’accomplir le testament politique de son père, lui enjoignant de « faire de la mer la limite de son royaume » (Ny ranomasina no valamparihiko). Autrement dit, d’étendre son autorité jusque dans les régions côtières afin de pouvoir traiter directement avec les puissances européennes. L’occasion de passer à l’action va lui être fournie par le Royaume-Uni lui-même. Il fixe la capitale du royaume à Tananarive.

ranavalona-1ere.jpg

RANAVALONA 1ère, née vers 1788 et décédée le 16 août 1861, est une reine malgache issue des hautes terres de l'île (en Imerina). Elle règne sur le royaume de Madagascar de 1828 à 1861. Cette période est marquée par une prise de distance vis-à-vis des Européens. Considérée comme une souveraine autoritaire, elle n'en reste pas moins une souveraine dotée d'une envergure certaine, qui reste une référence dans l'imaginaire indépendantiste national. Elle est d'abord désignée du nom de Mavo (ou Ramavo) et ensuite Rabodonandrianampoinimerina (ce qui signifie « la petite fille ingénue d'Andrianampoinimerina »), en référence à son oncle, le roi Andrianampoinimerina. Elle devient reine de Madagascar après la mort de son mari, Radama Ier. On la désigne également par le titre de Ranavalo-Manjaka Ire (« Ranavalona régnante »).

radama-ii.jpgRADAMA II, né le 23 septembre1829 et décédé le 11 mai1863, est un roi malgache. Il règne sur le royaume de Madagascar de 1861 à 1863. Cette période est marquée par un revirement diplomatique vis-à-vis des Européens. Roi francophile, il est néanmoins accusé de « brader le pays » et meurt assassiné par les tenants d'une politique plus indépendante. L'avènement de Radama II commença par soulever un immense espoir parmi ses sujets, dont beaucoup étaient las des années de privation marquant la dernière période du règne de Ranavalona, laquelle avait dû se défendre de nombreux complots politiques. Fortement influencé par son mentor, le Français Jean Laborde, qui profite de son avènement pour revenir de son exil réunionnais au titre de Consul de France, Radama II entreprend aussitôt d'abolir la peine de mort et décrète une amnistie générale. Il supprime les « corvées » (à savoir le fanompoana, les travaux non rémunérés pour le compte de l'État et de la collectivité), réduit la durée du service militaire et libère de nombreux captifs.

rasoherina.jpgRASOHERIMANJAKA, née en 1814 et décédée le 1er avril1868 est une reine malgache, sous l'influence de son Premier ministre et second époux Rainilaiarivony, succédant à son premier mari assassiné, Radama II. Rasoherina naît sous le nom de Rabodozanakandriana (ou Rabodo) en 1814. Elle est la fille d'Andriantsalama et de Rafaramanjaka et donc la nièce de la reine Ranavalona Ire. Elle épouse le fils et héritier de Ranavalona, Rakoto. Il succède à sa mère en 1861 sous le nom de Radama II et Rabodo est couronnée reine consort. Après l'assassinat de Radama II en 1863, un conseil réunissant de princes mené par Rainilaiarivony approche Rabodo, le jour suivant la mort de son mari. Ils lui donnent alors les conditions à remplir sous laquelle elle pourrait obtenir le trône. Ces conditions incluent la défense par la monarchie de la liberté de culte. Rabodo est couronnée le 13 mai 1863 sous le nom de règne Rasoherina.

ranavalona-ii-1-1.jpg

RANAVALOMANJAKA II, née en 1829 et décédée le 13 juillet1883 à Tananarive, est une reine malgache. Elle règne sur le royaume de Madagascar de 1868 à 1883, sous l'influence de son Premier Ministre et époux Rainilaiarivony. Cette période est marquée par une poursuite rapide de l'occidentalisation du pays. Née Ramoma, elle devient Ranavalona II au décès du monarque précédent Rasoherina, qui n'est autre que sa cousine. L'ancien Premier Ministre, Rainilaiarivony, qui était aussi l'époux de la souveraine, conformément à un arrangement ethnique (il appartient à la classe Hova, roturiers) reste en poste et épouse la nouvelle reine. La politique d'européanisation qu'il mène depuis 1863 trouve son apogée avec la conversion du couple à la religion chrétienne protestante le courronement de la souveraine en « reine chrétienne » ce qui amène de facto à la déclarer religion d'État. La rupture avec la politique relativement autarcique de Ranavalona Ire (qui règne de 1828 à 1861) est palpable.

ranavalona-iii-1.jpg

RANAVALOMANJAKA III, née le 22 novembre 1861 à Amparibe (Antananarivo), la princesse RAZAFINDRAHETY est la fille de la princesse RAKETAKA et d’ANDRIANTSIMIANATRA (Ambohimanga). Elle épousa le prince RATRIMOARIVONY (Ambatomanoina), troisième enfant du prince RAMAHATRARIVO (frère de la Reine RANAVALONA II) et adopté par la Reine. La dernière souveraine de Madagascar est couronnée reine le jour de son anniversaire, le 22 novembre 1883, à Mahamasina, sous le nom de Ranavalona III. Elle n’a alors que 22 ans. A son intronisation, le pays est sous le joug de l’impérialisme colonialiste, la jeune souveraine connaît alors un début de règne difficile et dut faire face à une pression constante des autorités françaises. Elle monte sur le trône à la mort de Ranavalona II en 1883, grâce au choix du premier ministre Rainilaiarivony qui, conformément aux règles alors établies, allait également devenir officiellement son époux. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×