Musiques et danses traditionnelles

wikipedia.jpgdaddy-boky4.jpgMusiques et Danses

Traditionnelles

Robert ANDRIANTSOA (robertandriantsoa@yahoo.fr - dadaroby24@gmail.com)

parechemin-music.jpgLa Culture est dit-on l'expression de l'âme d'un peuple.

Les Chants, les Musiques et les Danses.

Les chants, musiques et danses traditionnlles malagasy représentent des valeurs idantitaires et culturelles issues du peuple qui leur reconnaît un caractère fondateur et fondamental, en ce sens, le peuple les reconnaît, se les approprie, les respecte et les vit.

Leurs spécificités sont identifiables et attestées par :

- les instruments de musiques traditionnels et/ou les instruments de musique adaptés à créer de sons et rythme malagasy,

- les lexiques désignant les styles des compositions et interprétations des chants et musiques,

- les lexiques désignant les gesticules, figures et mouvements caractérisant les danses.

A Madagascar, les musiques et danses traditionnelles dans leurs expressions fondamentales et authentiques tendent à disparaître et son visiblement mal connues des générations actuelles.

Deux facteurs principaux en sont la cause:

- Le premier est d'ordre humain. En effet, on observe qu'il y a non transmission aux Générations actuelles des valeurs culturelles qu'elles contiennent. De plus, le nombre réduit et l'âge avancé des détenteurs de savoir en cette matière ne favorisent pas cette transmission.

- La seconde raison est d'ordre matériel s'agissant des faibles moyens en possession des responsables pour la sauvegarde, la préservation et la promotion de ces patrimoines.

ALALAOSY :

L'ALALAOSY est une danse tsimihety de la région de Sofia exécutée par des hommes et des femmes pendant les festivités. Avec une danseuses en tête de file, hommes et femmes intercalés se mettent en rang et dansent. La danse exprime une scène de la vie quotidienne : mode de culture de riz, la récolte du riz, etc...

Instruments de musique : accordéon et hazolahy.

AMBIO :

ambio.jpgL'AMBIO issue des régions Boeny et Melaky, est une danse sakalava marambitsy exécutée particulièrement par des femmes. Elles tiennent entre les mains deux morceaux de bois polis et plats appelés "MBIO" qu'elles entrechoquent pour donner une tonalité et un rythme amenant à l'exécution d'une danse lente et harmonieuse. D'où le nom de "AMBIO" Les danseuses portent des pagnes qui arrivent jusqu'à leur torse et un turban.

Leur visage est teinté de masonjoany.

ambio-1.jpgInstrument de musique : MBIO

ambio25.jpg

ANTSANDRINGA :

type-sud-09.jpg    Les Antandroy et Mahafaly pratiquent l'ANTSANDRINGA. C'est un chant au moyen duquel les femmes encouragent et supportent les hommes participant au       Ringa (lutte), qui est à la fois une compétition pour les concurrents et un loisir pour la population du Sud et du Su-Ouest. Les femmes sont assises à même le sol, les pieds allongés. Il existe également le Bekon-dringa qui est déclamé pour vanter les lutteurs que les femmes supportent.

Tenue : Le femmes s'entourent de lamba landy, jusqu'au niveau de la poitrine, les hommes sont torse nu et vêtus de shorts et de sadia (sorte de pagne de petite largeur).

type-sud-05.jpgtype-sud-10.jpg

Coiffure ; Les cheveux tressés por former des boucles atour de la tête.

type-sud-07.jpgInstruments de musique : Tambours et violon.

BAOHEJY

bahoejy1.jpgLa BAOHEJY, danse originaire de la région de Sofia portant le nom de sa créatrice, est pratiquée pendant toutes les festivités et autres occasions. On la trouve également dans les régions Melaky (Province de Tuléar) et Boeny (Province de Majunga). C’est une danse très rythmée, exécutée particulièrement par les jeunes. Au cours de la danse, danseurs et danseuses se tient par les bras. De temps en temps, en s’accroupissant ils s’entrechoquent les épaules. La danse demande une certaine dextérité. Les danseurs et les danseuses portent des pagnes et des chemises de couleur unie.

Instruments de musique : accordéon, kabaosy et hazolahy.

bahoejy.jpgBARAMANDRAOKA :

La BARAMANDRAOKA est une danse betsileo et bara. Elle se pratique notamment pendant le retournement des morts et exprime les mouvements et gestes effectués durant la céremonie. Elle est également exécutée au cours d'autres occasions. Les hommes portent des chasubles en rafia, des pagnes de même couleur, des lamba arindrano noués autour de la hanche et des chapeaux en roseaux. Les femmes se drapent de tissus en coton très colorié et portent aussi une écharpe de soie sauvage et des chapeaux sans rebord en roseaux.

Instruments de musique : Tambours, flûtes et sifflet.

BETATOATO :

betatoato.jpgLa BETATOATO est une danse Bezanozano qui comporte 12 variantes. Elle es t exécutée lors des fêtes familiales., telle que : mariage, retournement des morts, levée de pierre et rites funeraires. Danser la BETATOATO est une tradition Bezanozano au cours de laquelle les pieds, les mains, les bras, les épaules et la tête bougent.

betatoato1.jpgbetatoato2.jpg

Tenue : Les hommes sont vêtus de malabary en soga, d’un lamba soga pendu sur l’épaule et portent des chapeaux à large bord. Les femmes ont une robe longue, un foulard et un lamba noué autour de la hanche.

Instruments de musique : Apongalahy (sorte de zembe).

DABALAVA

La DABALAVA originaire de la Sofia où elle est connue sous le nom de Latsaka adabo », est une danse sakalava exécutée par des hommes ou des femmes. Les pieds battent le sol avec rythme et les mains mises en mouvement sont levées au-dessus de l’épaule. Tenue : Les danseurs et les danseuses portent des pagnes.

Instruments de musique : hazolahy

DIHIMBAVY :

Le DIHIMBAVY désigne une danse merina, douce et harmonieuse, exprimant le caractère et l’attitude que les femmes malagasy devraient avoir au sein de la société. Elle s’exécute pendant les fêtes publiques et familiales. Tenue : Les femmes portent une robe longue, un lamba et les cheveux tressés rassemblés sur le cou. Tandis que les hommes sont vêtus de malabary, de pantalon de couleur unie et portent des chapeaux de paille.

Instruments de musique : Flûtes, accordéon à huit rameaux.

DIHIMBOAY

La DIHIMBOAY est une danse sakalava pratiquée uniquement par les hommes. Le danseur caché sous une pagne, rampe comme un caïman en s’accrochant au sol avec ses deux mains, il danse en soulevant la tête avec des mouvements latéraux et en arrière. Cette danse exprime la suprématie de l’homme sur la nature. Elle est exécutée lors des fêtes : honneur rendu au roi, mariage, etc…

Instrument de musique : accordéon.

DIHINDAHY :

La DIHINDAHY est une danse merina réservée spécifiquement aux hommes. En effet, c’est une danse un peu brutale mais harmonieuse exprimant la force de l’homme. Elle se pratique lors des festivités officielles et familiales comme le retournement des morts…Tenue : Les danseurs portent des manteaux légers rouges, des pantalons de couleur sombre et un lamba noué autour de la taille. Leurs chapeaux sont en ahibano avec un ruban noir qui sert à la fois de décoration et de signe de deuil éventuel.

Instruments de musique : Tambours, violons trompettes.

DIHY RODOBE

La DIHY RODOBE est une danse merina exécutée par un groupe d’individus (hommes et femmes) pendant les fêtes familiales.

Elles se pratique depuis le règne du Roi Ralambo.

Aucune règle n’a été suivie auparavant.

Actuellement, cette danse est plus organisée et représente même une chorégraphie.

                          Tenu : Les hommes sont vêtus de malabary et de pantalon de couleur unie, tandis que les femmes portent des robes longues jusqu’aux chevilles de couleurs vives.

Coiffure : les cheveux tressés rassemblés sur le cou.

Instruments de musique : Tambours, accordéons, trompettes, maracasse, tsikadra, ambio.

DIHY TELO :

La DIHY TELO est une danse pratiquée par les Betsimisaraka, en période de réjouissances. Trois femmes dansent en tournoyant au premier plan. Les autres femmes sont en rang à l’arrière et chantent. Tenue : Chemise et jupe très coloriée. Coiffure : Volo-pelaka ou chapeau.

Instruments de musique : Tambour et accordéon.

GARADEKY

La GARADEKY est une danse des Sakalava d’Ankarana où les hommes et les femmes dansent ensemble. Cette danse doit être exécutée par un ou deux couples. Selon les traditions, elle porte malheur si elle est exécutée seulement par une personne. Elle se pratique pendant les fêtes communautaires et familiales.

Tenue :L'homme porte un kitamby et la femme dont les cheveux sont tressés à la façon Sakalava, est drapée d’un salovana.

Instruments de musique : Tambour, bomo (long tambour), kabiry, karataka ou faray (poutrelle constituée par un bambou sur lequel on frappe avec deux baguettes).

GOLIKE ou KENOKE :

Le GOLIKE ou KENOKE est une danse accompagnée de chants des Tagnalagna de la région du Sud-Ouest, pratiquée : - lors de la circoncision (on utilise des coquilles au lieu de couteau à la circoncision), - pendant les cultes des ancêtres et le joro, - à l’occasion du rapatriement des corps de défunts, - pendant les autres festivités. Les hommes tapent le sol avec leurs pieds et font danser leurs bras tandis que les femmes exécutent doucement une danse corporelle en chantant et en tapant des mains.

Tenue : Les hommes sont torse nu et vêtus de short couvert de large pagne, de  chapeaux de forme conique en satrana et des souliers en cuir de zébu ;

les femmes s’enveloppent de lamba arindrano jusqu’ à la poitrine

Coiffure : cheveux sont tressés pour former des boucles autour de la tête.

Istruments de musique : un grand bambou frappé avec deux petits bâtons.

HAZOLAHY :

A l’origine la HAZOLAHY était à la fois instrument de musique et danse réservés strictement aux cérémonies funéraires des Roi antesaka.

Elle ne s’arrête qu’après l’intronisation du nouveau Roi.

Plus tard, elle est exécutée à d’autres occasions telles que décès d’un notable, d’un riche villageois ou de l’un de leurs fils, fêtes nationales, communales et familiales…

En tant qu’instrument, elle est destinée à être jouée par une personne bien déterminée qui a reçu la bénédiction de l’ancien détenteur.

L’instrument sert toujours de moyen de communication pour les Antesaka.

Un homme issu de la descendance des sœurs du défunt sonne du cor avant l’utilisation du HAZOLAHY.

Au cours de la danse, les hommes font bouger leurs têtes, leurs bras, leurs mains et leurs pieds.Quelque fois, ils se mettent à genou en continuant à danser et exécutent des roulades. Une femme exécute une danse douce et harmonieuse faisant bouger tout son corps.

Tenue : Les danseurs n’ont pas de tenue spéciale.Toutefois, l’un d’entre eux porte une couronne faite de plumes de héron sur son front. La femme porte un lambaoany et un chapeau.

Instruments de musique : Hazolahy, adabo.

HOARAHOMA

La HOAROHOMA, danse pratiquée par les Makoa (peuple émigré d’Afrique), en traduit les us et coutumes. Elle es exécutée tant au cours des réjouissances que des cérémonies funéraires. Un homme chante en langue makoa tandis que deux autres hommes et deux femmes dansent suivant le rythme de petits tambours appelés Lapa et Kirako. Les femmes sont vêtues de rohy ou de kisaly (lamba noué autour de la hanche), tandis que les hommes portent des chemises et de lambaoany.

Instruments de musique : Lapa et Kirako.

KALENOKE ou ARANGAO

La KALENOKE ou ARANGAO est aussi une danse accompagnée de chants des Tagnalagna exécutée lors des fêtes familiales comme la circoncision , le mariage et le joro. Les femmes font danser doucement leurs mains, leurs bras et leurs pieds ; pendant que les hommes chantent et jouent des instruments de musique.

Tenue : Les femmes sont vêtues de pagne en arindrano et de débardeur de couleur vive. Leurs visages sont tatoués par des poudres de charbon de bois et de terre blanche. Selon les croyances, ces poudres protègent contre les mauvais sorts et les esprits maléfiques.

Les hommes portent un short couvert de large pagne, un salego (tissu en soie sauvage) sur l’épaule, un chapeau sans rebord et des souliers en cuir de zébu ou en caoutchouc noir.

Instruments de musique : Tambours et sifflet.

KATOKO

La KATOKO est une danse de la région de Sofia et du Boina pour rendre hommage à la royauté. Les danseurs et les danseuses chantent en même temps. Ils battent des mains de façon rythmée, mais doucement. Tenue : Les femmes se drapent de pagne jusqu’au cou appelé « Kisaly » et portent une sorte de turban ou « Salovana ». Les cheveux, divisés en quelques parties selon leurs longueurs, sont noués et forment ainsi des boucles appelées « Dokodoko ». Le visage des danseuses sont teinté avec de la poudre de « Masonjoany » (espèce d’arbre qui se trouve uniquement sur les régions côtières de Madagascar). Entre les danses, un homme déclame des « Antsa », louanges adressées au Roi.

Instrument de musique : accordéon.

KIDODO

La Kidodo est une danse betsileo dont la cadence suit le rythme des chansons qui l’accompagnent et non celui des instruments. Les pieds droits et gauches tapent fortement et alternativement le sol. Les signaux donnés par le chef de la troupe marquent le début et la fin de la danse et le changement de cadence. La kidodo fait danser les pieds, les bras, les mains et la tête. Elle comporte plusieurs variantes, à savoir :

- kidodo simple - kidodo-tsoavaly, immitant les pas des chevaux, - kidodo varim-bato, rendant le bruit que fait une pierre qui roule, - kidodo-drazana ou kidodo des ancêtres, - kidodon’apela ou kidodo des femmes. Pendant les fêtes, les chansons de la kidodo sont appelées horija et celles des rites funéraires isa gasy. La kidodo traduit la vie quotidienne de la population.

Tenue : des chemises en rafia ou en roseaux, des chapeaux en roseaux et des pagnes pour les hommes ;

des robes en soie pour les femmes. Elles ont le visage tatoué et portent des colliers et des bracelets en grains de vero (herbacées).

Instruments de musique : Jejy voatavo (sorte de guitare en calebasse), kabaosy (sorte de mandoline), katraika (maracasse), tambours.

LAKAPAMBA

Des hommes et des femmes exécutent la LAKAPAMBA, danse tsimihety, qui a pris origine dans la région de Mampikony. Ils se mettent face à face à une distance de un mètre et dansent en se mettant en rond. Ils sautent trois fois en reculant et font bouger de gauche à droite leurs épaules. La LAKAPAMBA se danse à toutes les festivités.

Instruments de musique : accordéon et hazolahy.

LAROVOKA :

La LAROVOKA est une danse pratiquée par les Betsimisaraka qui signifie Solidarité et « Fihavanana ». Période : en cas de réjouissances et pendant le Tsaboraha. Des femmes bras dessus et bras dessous se font face. Les deux groupes se rapprochent, s’éloignent l’une de l’autre lentement puis rapidement. Un autre groupe  de femmes tapent des mains doucement puis fortement.

Tenue : Les hommes portent un chapeau et les femmes le sembo (un pagne).

Coiffure : Volo-petaka (tresse betsimisraka).

Instruments de musique : tambour, accordéon, langoroana (caisse claire) et maracasse.

MAGANJA ou MASEVY

La MAGANJA ou MASEVY est une danse exécutée à l’occasion d’une fête ou au cours d’un rite funéraire. Cette danse, réservée uniquement aux hommes, est pratiquée par les Sakalava Bemazava pour évoquer leur solidarité et pour conserver leur tradition. Tenue : chemises et lambaoany de même couleur.

Instrument de musique : MASEVY, feuilles de satrana tressées, asséchées et fourrées de voamantilany (sorte de baies sauvages) que les danseurs nouent aux chevilles. Quand leurs pieds droits et gauches tapent le sol, les MASEVY produisent des sons harmonieux et rythmiques.

MAKASA ou BIKA

Danse des guerriers sakalava, la MAKASA ou BIKA est exécutée par des hommes à bandeaux rouges, accompagnée par les chants des femmes et le son du hazolahy. Tenue : Les danseurs des vêtements rouges et les chanteuses des pagnes. Leur visage est teint de Masonjoany. Les danseurs tiennent des sagaies. Des MAKASA, bracelets confectionnés avec des « Satrana » (sorte de palmier dont l’intérieur est rempli de graines de baie sauvage, voamaintilany) sont noués à leurs poignets et à leurs chevilles. Pendant la danse, ces bracelets produisent des sons rythmés suivant les mouvements des danseurs.

Instruments de musique : hazolahy et makasa.

MALESA

La MALESA est une danse tsimihety, originaire de la région de Sofia, pratiquée pendant les festivités ou tsaboraha comme maria    ge, famadihana. Cette danse est exécutée par des hommes et des femmes, se mettant les unes derrière les autres. Les mains et les pieds suivent le même rythme. Tenue : Les danseurs sont torse nu et les danseuses portent des chemises de couleur unie et des pagnes.

Instruments de musique : accordéon et hazolahy.

OVA TONGOZAY :

La OVA TONGOZAY est une danse betsimisaraka pratiquée pendant les réjouissances. Un femme porte une bouteille sur la tête avec au goulot un petit drapeau malgache. Une femme perchée sur des échasses, se faisant face, dansent, s’avancent et reculent. La bouteille reste toujours en équilibre et les femmes aussi malgré leurs mouvements.

                                        Tenue : Pagne ou jupe ample très coloriée avec des chemises de couleur unie avec des chapeaux en forme de fleur pour les femmes. Les hommes n’ont pas de tenue particulière mais portent un chapeau de paille.

Instruments de musique : accordéon, tambour.

REBIKA

diego-rebika8.jpgLa REBIKA est une danse des Rois et Reines Sakalava Bemazava. Ils sont accompagnés de L’intendant du Palais et d’une Dame de compagnie au cours de la REBIKA. Tous les danseurs portent un fusil. Danse des pieds et des bras, la REBIKA suit le rythme de deux Hazolahy joués par deux hommes et se termine au Doany par une prière adressée au Zanahary (Dieu) et aux Razana (ancêtres). Les Sakalava Bemazava  exécutent la REBIKA aussi bien pendant les fêtes qu’au cours des cérémonies funéraires royales. Il est interdit de faire la REBIKA pendant la saison des travaux des champs dans la région « varavarana mifody »

diego-rebika4.jpgdiego-rebika5.jpg

Tenue : Kitamby pour le Roi et son Intendant, salovana pour la Reine et sa Dame de compagnie et chapeaux hofia pour tous.

diego-rebika2.jpgLes chapeaux hofia sont de forme conique avec une traîne, en tissu de couleur rouge. Sur l’un des chapeaux est cousu un tissu de couleur blanche en forme de croissant de lune et sur l’autre, celle de la pleine lune.

diego-hazolahy1.jpgInstruments de musique : Hazolahy.

SANADERA

La SANADERA est une danse tsimihety pratiquée surtout dans la région nord-ouest du Boina pendant les festivités comme le mariage…Les hommes et les femmes sautillent et dansent en faisant rapprocher et balancer d’avant en arrière leurs pieds. Tenue : Les danseurs portent des pagnes et des chemises de couleur unie.

Instruments de musique : accordéon, tambour et valiha marovany.

SAREBAREBA

La SAREBAREBA, une danse tsimihety de Bealanana est exécutée par des hommes et des femmes pendant les festivités. Les danseurs font bouger leurs pieds et leurs mains, les femmes pliant un peu leur genoux. Tenue : Les femmes portent de longues robes bouffantes et les hommes des pagnes et des chemises de couleur unie.

Instruments de musique : accordéon, hazolahy.

SOMARADAKA

La SOMARADAKA est une danse tsimihety qu’on trouve plus particulièrement dans la région de Port-Bergé, exécutée pendant des festivités telles que mariage. Les hommes et les femmes en position de grenouille, se tiennent par la main et sautillent en dansant.

Instruments de musique : accordéon et hazolahy.

TOTOAVALY ou OSIKY :

La TOTOAVALY ou OSIKY est une danse Sihanaka et Betsimisaraka exécutée pendant les fêtes familiales : retournements des morts, mariage, circoncision et fondation d’une maison. Les danseurs font bouger les pieds, les bras, les mains et les têtes au cours de son exécution. Chez les Betsimisaraka, on creuse le sol qu’on recouvre de planches sur lesquelles on danse : le rythme des pieds y produit le son d’un tambour.

Tenue : Hommes et femmes sont vêtus de chemises de couleur unie et portent le lambaoany.

Coiffure : Les femmes tressent leurs cheveux et les rassemblent derrière la tête. Certaines portent un foulard.

Instruments de musique : Apongabe, Langoroana et Accordéon.

TROTROBE

La TROTROBE est aussi une danse des Sakalava d’Ankarana. On tape des mains en guise de musique. Cette danse est exécutée par un ou deux couples seulement.

Tenue : l’homme porte un kitamby et la femme dont les cheveux sont tressés à la façon Sakalava est drapée d’un salovana.

VOROMPAMAHANA :

                           La VOROMPAMAHANA est une danse betsimisaraka exprimant des réjouissances. Hommes et femmes dansent ensemble. Deux autres femmes dansent comme des oiseaux.

Tenue : Chemise et jupe très coloriée pour les femmes. Pas de tenue particulière pour les hommes.

Coiffure : Volo-pelaka ou chapeau.

Instrument de musiques : accordéon, tambour.

ZANAKOROVANA :

La ZANAKOROVANA est une danse accompagnée de tôkatôka (des paroles rythmées) pratiquée par les Betsimisaraka, pendant les réjouissances. D’abord, une femme chante seule. Ensuite, un homme et une femme dansent en chantant. L’homme fait tournoyer un chapeau avec sa main et danse à la ronde.

Tenue : Chemise et jupe longue très coloriée pour les femmes. Pas de tenue particulière pour les hommes.

Coiffure : Tresses en Volo-pelaka.

Instrument de musique : Faray

4 votes. Moyenne 1.75 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×