Antanosy

 

wikipedia.jpgdaddy-boky4.jpgAntanosy

"Ceux de l'îles"

Robert ANDRIANTSOA (robertandriantsoa@yahoo.fr - dadaroby24@gmail.com)

 

Dans son ensemble peuplée à partir de l’Asie du Sud-Est austronésienne – mais d’abord austro-asiatique –, Madagascar, inscrite dans le mouvement du commerce maritime de l’océan Indien, est restée ouverte au long des siècles à l’immigration de groupes ayant à la fois su profiter des règles d’hospitalité de ses habitants, et faire agréer la part profitable et assimilable de leurs apports matériels et culturels.
Les historiens peuvent ainsi faire appel à des sources variées, à la condition toutefois de trouver à franchir barrières de langue et d’écriture – ce qui n’est pas des plus aisés, vu la diversité culturelle des nouveaux venus avant leur assimilation.
Pour les francophones cependant, l’obstacle est moins grand à partir du XVIIe siècle, grâce notamment à Flacourt qui, malgré ses imprécisions et ses contradictions, donne assez bien à percevoir ce que fut, en son temps, l’organisation sociale et politique de l’Anosy, historiquement la première région de l’Ile où, de façon certaine, un prince se soit donné pour "roi de Madagascar".

D'autres vestiges, antérieure à l'arrivée des Européens furent trouvés, comme "la maison de pierre" ou tranovato, apparemment d'origine moyen-orientale.
Ce peuple autochtone, considéré comme un groupe social dénommé "Noirs" était déjà hiérarchisé en Voajiry (Vizir, de lignée royale), Lohavohitra( aristocrate), Ontsoa (roturier) et Andevo (esclave).
Vers le XVIème siècle, les ZafiRaminia, de catégorie sociale dénommée "Blanches", arrivèrent, les hommes ZafiRaminia se marièrent avec les femmes de la noblesse locale, et purent s'accaparer des droits seigneuriaux de la famille de leur compagne, formant ainsi le groupe Roandriana, hiérarchiquement, il y avait aussi les Anakandriana (nobles) et les Onjatsy (roturiers), et c'est ainsi que les ZafiRaminia s'intégrèrent dans la région.
Bien que le Roi Antanosy et les Grands furent des ZafiRaminia, ils étaient "désignés" par les Voajiry qui restaient "les Maîtres de la Terre", et régnaient sur des régions autonomes ("Mahavita tena"), le Roi portait le titre d' Andriambahoaka.
Les Andriambahoaka, même étant considérés comme de lignée divine, n'avaient aucune autorité pour modifier les Lois fondamentales, mais étaient seulement appelés à arbitrer des situations d'exception.
Le groupe royal était donc, sous le contrôle de ses sujets, un prémice d'une société "Républicaine".
En 1613, les Portugais, qui tentèrent de s'installer à Taolagnaro (Fort-Dauphin) demanda au Roi Andriantsiambany, d'envoyer le Prince aîné Andrianjerivao, à Goa en Inde, pour parfaire son éducation et le convertir au Christianisme dans le but inavoué de Christianiser le Pays et le dominer. Le Roi refusa, et les Portugais enlevèrent le Prince cadet Andriandramaka, ce dernier fut baptisé Dom André de Sahavedra.
Revenu au pays, le Prince fut désigné Roi, à la mort de son père, il reprît le nom d'Andriandramaka et continua de respecter les croyances et coutumes traditionnelles. 

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×